Une coopération fructueuse

Dans les domaines aussi variés, le Cameroun bénéficie d'un appui appréciable de l'OIT


Fruit de sa présence significative aux activités de l’Organisation Internationale du Travail, les projets Gender, LUTRENA, WACAP ou VIH-Sida sont implémentés au Cameroun. Ces projets embrassent des secteurs sensibles qui touchent à la vie des travailleurs camerounais et leurs familles. Il s’agit d’une contribution de l’OIT à l’effort de développement de notre pays dans sa stratégie de mise en œuvre du travail décent, du plein emploi et d’une sécurité sociale élargie à toutes les couches de la population.

Le Ministre du Travail et de la Sécurité Sociale, depuis qu’il participe de fort belle manière aux travaux du Conseil d’Administration du BIT a donné un coup de pousse qualitatif à cette coopération technique du travail. Plusieurs millions de francs ont été
investis dans le projet WACAP,Programme Africain pour lutter contre le travail dangereux et l'exploitation des enfants dans le secteur du cacaoet l’agriculture commerciale. A ce jour le Cameroun qui s’est approprié ce projet remet des kits d'installation aux centaines d'enfants retirés desplantations et formés par des ONG. Le projet LUTRENA qui rentre dans le même sillage a permis de combattre la traite des enfants, le Cameroun étant considéré comme pays de transit et non de pratique de cette activité odieuse.

La lutte contre les vulnérabilités en milieu du travail engageé par le Gouvernement a suscité un appui de l’OIT à travers le projet VIH-Sida USDOL, un projet pour prévenir la pandémie du siècle dans le monde du travail en atténuant ses effets néfastes sur le développement social et économique. Le projet VIH-Sida-Coop lui, a permis une mobilisation des coopératives et des organisations de base pour lutter contre la maladie en milieu rural.

« Gender », projet de coopération technique qui prône l’égalité de genres est tout aussi bien implanté ; tout comme le projet dénommé « pro 169 » qui prône la politique de justice sociale de l’OIT auprès des peuples indigènes. Le secteur de l’emploi bénéficie aussi de grands programmes que sont PADY - HIMO qui vise la réduction de la pauvreté au Cameroun, PERR-HIMO pour l’entretien des routes rurales, APERP pour placer la création des emplois au centre des politiques économiques et sociales du Cameroun.

Dans le même registre, la promotion et le développement de l’entrepreneuriat féminin, tributaire de l’agenda global pour l’emploi est logé au projet RBSA-DEF. L’amélioration de l’accès des travailleurs ruraux à la civilisation est soutenue par le Programme National de Réhabilitation et de construction des routes rurales (PNRR).

L’OIT au Cameroun, n’est donc pas seulement que des discours. L’OIT c’est aussi des réalisations. La célébration l’année dernière du 90ème anniversaire de cette organisation du système des Nations Unies a révélé ces projets novateurs qui, comme PAMODEC ou TCRAM soutiennent la lutte contre le travail 
des enfants, la justice sociale, ou la mise en œuvre de la déclaration de l’OIT. Le Cameroun sait en être reconnaissant.

Site officiel OIT ici