Anticipation des conflits sociaux

Le gouvernement opte pour la concertation

Un arrêté du Premier ministre, Chef du gouvernement, crée le Comité de concertation et de suivi du dialogue social. Un cadre institutionnel de haut niveau qui a fait son entrée dans la pratique du dialogue social au Cameroun. L’instance a tenu les travaux de sa 3e session le 7 janvier dernier à Yaoundé en présence de Françoise FONNING, membre titulaire, de regrettée mémoire. 

Alain MEVENGUE

Le Gouvernement camerounais et les partenaires sociaux, employeurs et travailleurs, poursuivent leurs concertations au sujet des mesures à prendre pour définitivement éteindre les potentielles sources d’étincelles sociales. C’était le cas à la faveur de la troisième session du Comité de Concertation et de Suivi du Dialogue Social (CCSDS). Ce troisième rendez-vous, le premier de l’année 2015, était très attendu par les partenaires sociaux du fait de certains dossiers restés en suspend en 2014. Fort heureusement, les assises ont été à la hauteur des attentes. En particulier en ce concerne l’examen dans le fond du dossier sur la réforme de la sécurité sociale, le paiement des droits sociaux des ex-employés des sociétés d’Etat et l’exonération de l’IRPP sur les indemnités de fin de carrière. La session du mois de janvier est intervenue après deux sessions qui ont permis d’insister sur le mode d’adoption des décisions du comité, les mesures d’accompagnement dans le secteur agricole après la revalorisation du Smig, l’évaluation des mesures sociales prises en 2008, l’évaluation de l’application de l’ordonnance du Chef de l’Etat concernant la taxe spéciale sur les produits pétroliers, la revalorisation du Smig, entre autres. 

Vous êtes ici : Accueil